histoire

L’Académie des arts du Canada a été fondée en 1880 avec l’appui du Gouverneur général de l’époque, Sir John Douglas Sutherland Campbell, marquis de Lorne. Avec l’objectif de promouvoir le développement et l’évolution des arts visuels dans un pays encore tout jeune, vingt-cinq des peintres, sculpteurs et architectes les plus accomplis du Canada ont été choisis comme académiciens agréés avec cinquante membres associés.

Présidée au tout début par le peintre Lucius O’Brien, l’Académie estimait qu’il était important d’encourager les arts visuels et d’établir des normes esthétiques qui se rapprochaient de celles d’autres pays, tout en reconnaissant la nécessité de célébrer l’authenticité de la réalité canadienne.

Le 22 juin 1880, l’Académie reçut de la part de la Reine Victoria l’autorisation d’utiliser le qualificatif « royale » et, deux ans plus tard, le 17 mai 1882, l’Académie royale des arts du Canada fut officiellement incorporée par une loi du Parlement.

La fondation du Musée des beaux-arts du Canada et la création de sa collection d’œuvres d’art

Les membres fondateurs désiraient promouvoir les arts visuels au Canada en montant des expositions annuelles avec jury, en mettant sur pied les tout premiers cours de modèle vivant et en créant une collection nationale d’œuvres d’art.

Le 6 mars 1880, le marquis de Lorne, Gouverneur général du Canada, inaugura la première exposition de l’Académie à l’Hôtel Clarendon,  à  Ottawa. A la même époque, il créa le Musée des beaux-arts du Canada et sa collection d’œuvres d’art. Ces événements ont coïncidé avec la tenue de la première assemblée générale annuelle de l’Académie, au cours de laquelle les membres de son premier conseil d’administration ont été élus. Jusqu’en 1976, chaque membre de l’Académie devait faire don d’une de ses œuvres (qu’on appelait morceau de réception) au gouvernement; les œuvres ainsi réunies ont constitué le noyau de la collection d’art canadien du Musée. Sunrise on the Saguenay de Lucius O’Brien fut l’une des premières œuvres remise au Musée en 1880. La collection d’art canadien du Musée est constituée de plusieurs de ces morceaux de réception et doit ses débuts à la perspicacité des membres fondateurs de l’Académie qui reconnaissaient l’importance de créer un musée national pour faire valoir les réalisations artistiques canadiennes auprès du grand public.

 Les expositions annuelles avec jury

L’Académie a organisé des expositions annuelles avec jury pendant 91 ans, qui avaient lieu chaque année dans une ville différente. Ces expositions étaient destinées à éduquer le grand public sur la qualité et la variété de l’art canadien et à introduire les artistes de la relève dans la communauté.

 Les cours de modèle vivant

Comme peu d’institutions offraient des cours d’art à cette époque, l’Académie a commencé à donner des cours de modèle vivant dans plusieurs villes canadiennes, d’abord à Ottawa, puis à Montréal et à Toronto, et plus tard, à Hamilton, Winnipeg et Halifax. Ces cours, qui étaient souvent donnés par un membre de l’Académie, offraient une occasion privilégiée de dessiner des modèles nus.

L’Académie offrait aussi des cours de dessin technique, et favorisait le dialogue sur l’esthétique.

Avec l’apparition d’écoles d’art professionnelles, l’Académie a cessé ses cours de modèle vivant. Elle a aussi cessé de tenir ses expositions annuelles avec jury lorsque des galeries d’art commerciales et publiques dans lesquelles les artistes professionnels pouvaient exposer leurs œuvres ont été ouvertes.

L’histoire de l’Académie royale des arts du Canada

  • Image
  • Image
 

Royal Canadian Academy of Arts